Protégeons notre alimentation

Les Européen·ne·s ne devraient pas être exposé·e·s à des pesticides dangereux.

Depuis l’automne 2015, WeMove Europe se bat pour bannir le glyphosate dans notre agriculture et nos assiettes. Cette même année, l’Agence internationale pour la recherche sur le cancer, une agence de l’Organisation mondiale de la santé, a conclu au caractère « probablement carcinogène » de l’herbicide, alors même que l’on constatait un usage à la hausse de ce dernier.

Pire, ses producteurs avaient déposé une demande auprès des autorités européennes afin de renouveler l’autorisation de vente du produit pour 15 années de plus !

Pour mener cette campagne, WeMove Europe a fait alliance avec plusieurs organisations environnementales qui travaillaient sur le sujet depuis quelque temps déjà. Ensemble, nous avons lancé une Initiative citoyenne européenne (ICE), un outil de démocratie directe que les citoyens européens peuvent utiliser pour enjoindre la Commission à proposer ou à modifier des législations. L’objectif de notre initiative était d'appeler la Commission européenne à ne pas renouveler l’autorisation de vente du glyphosate. Nous avons également réclamé l’amélioration de la procédure d'approbation des pesticides à l’échelle de l’Union européenne, en exigeant que l’ensemble des données que les fabricants sont tenus de fournir sur leurs produits soient accessibles à l’ensemble des parties concernées, afin de permettre la mise en place de mesures d’examen et de surveillance objectives et appropriées.

Cette campagne a démontré toute la portée d’un mouvement rassemblant différentes organisations, aux compétences et expertises variées, et soutenu par plus d’un million de citoyen·ne·s européen·ne·s.

Les scientifiques se sont penchés sur les risques et les effets cancérigènes du glyphosate. Les organisations partenaires qui disposaient d'une expertise des politiques européennes en ont fait bénéficier notre alliance, fournissant le contenu et les chiffres nécessaires pour construire des argumentaires percutants. Les parlementaires européens qui soutenaient notre action nous ont explicité les processus de prise de décision complexes, et nous ont tenu informés des développements à mesure qu’ils émergeaient.

Ensemble, nous avons décidé de lancer une Initiative citoyenne européenne qui a rencontré un succès inédit, collectant le million de signatures requis en moins de six mois.

En tant que mouvement citoyen, WeMove Europe a joué un rôle central de coordination tout au long de la procédure. Nous avons beaucoup appris, et nous avons su répondre aux défis : nous nous sommes organisés, nous avons assuré le lien avec les partenaires et assumé la responsabilité de la collecte d’argent et de la technologie.

Et bien sûr, nous avons mobilisé plus d'un million de citoyen·ne·s européen·ne·s pour signer et organiser différentes actions, la plus marquante étant une journée d'action à l’échelle européenne au cours de laquelle nous sommes parvenus à collecter plus de 100 000 signatures sur papier dans des milliers de lieux différents.

Bien que la campagne n'ait pas atteint son objectif premier, qui était d’obtenir l’interdiction du glyphosate au sein de l’UE, elle a au moins permis de renforcer les procédures d’examen de la demande de renouvellement de sa licence. Au final, celle-ci a été renouvelée, mais pour une durée de cinq ans au lieu des quinze ans initialement demandés.

Et sur une vision à long terme, la procédure d'approbation des toxines environnementales et additifs alimentaires a été modifiée, ce qui répond à nos exigences de transparence. En réponse directe à l’ICE, la Commission a proposé une législation visant à accroître la transparence de cette procédure : cette législation a été approuvée en avril 2019 en session plénière du Parlement européen.

Vous pourriez aimer

Tous les articles