Stop à la destruction des océans

En mai 2021, notre mouvement s’est engagé dans la lutte pour l’interdiction du chalutage de fond dans les aires marines protégées (AMP). Cette pratique cause plus de dommages irréversibles aux fonds marins que toute autre activité humaine au monde. À cause de cette pratique, nos précieux écosystèmes marins sont transformés en terrains vagues.

Dans cette pratique de pêche destructrice, des filets de pêche aussi hauts qu’un immeuble de trois étages et aussi larges qu’un terrain de football raclent les fonds marins tous les jours. En quelques secondes, ces filets détruisent tout sur leur passage, tuant dauphins, phoques, coraux, hippocampes et des centaines d’autres espèces marines. Lorsque les coraux et les étoiles de mer disparaissent, les poissons et les espèces qui en dépendent pour pondre, s’abriter, se reproduire, se protéger et se nourrir sont également menacés.

Cette campagne ne vise pas seulement à empêcher cette pratique néfaste. Elle propose de voir les océans autrement, en tant qu’écosystèmes qui ne sont pas à vendre.

Lorsque nous nous sommes impliqués sur le sujet en mai 2021, un vote au sein de la commission de l’environnement du Parlement européen a fait pencher la balance en faveur d’une interdiction du chalutage de fond. Le lobby de la pêche faisait tout son possible pour l’empêcher. Mais une pétition de très grande ampleur destinée à nos député·e·s européen·ne·s a obtenu un large soutien grâce à notre mouvement, et nous avons envoyé des tweets et des emails à des membres clés de la commission de l’environnement.

La victoire en commission de l’environnement a été décisive. Environ deux semaines plus tard, le sujet a été abordé en assemblée plénière du Parlement européen. Nous savions qu’il serait beaucoup plus difficile de faire évoluer l’ensemble des parlementaires sur ce sujet, mais notre pouvoir citoyen est fort lorsque nous travaillons ensemble. Par milliers, nous avons contacté les eurodéputé·e·s pour leur demander de voter contre le chalutage de fond. Et c’est ce qui s’est produit. Ainsi, les parlementaires ont envoyé un message fort à la Commission européenne, afin que sa nouvelle stratégie pour les océans interdise le chalutage de fond dans les zones marines protégées.

En août 2021, nous avons décidé de donner suite à notre action directement auprès de la Commission européenne. Le commissaire européen à l’environnement, aux océans et à la pêche, Virginijus Sinkevičius, participait à une conférence internationale sur la conservation à Marseille. Avec nos partenaires, nous avons donc organisé un événement en bord de mer pour réaffirmer notre soutien aux océans et lutter contre le chalutage de fond. Le commissaire est venu nous rencontrer, ainsi que nos partenaires et certains membres de la communauté locale !

Et en décembre 2021, nous avons à nouveau sollicité la Commission. Cette fois, la rencontre a eu lieu à Bruxelles, juste devant ses bureaux. Les petits dons de nos membres nous ont permis de financer la réalisation d’un livre pop-up illustré, racontant les aventures de deux commissaires européens.

Cette scène a fait la Une dans de nombreuses langues et dans toute l'Europe ! Du journal le Monde à la revue de presse de la Commission européenne, en passant par l’Irish Examiner et le Handelsblatt. Nous avons maintenu la pression en envoyant simultanément plus de 40 000 emails à Messieurs Sinkevičius et Timmermans, leur demandant d’interdire le chalutage de fond dans le plan d’action pour les océans.

Et grâce à notre pouvoir citoyen, nous avons aussi fait la une de Politico. En faisant un petit don, nous sommes des milliers à avoir fait en sorte de disposer des ressources pour agir vite et acheter l’espace publicitaire nécessaire. Politico est distribué dans tous les bureaux des décideuses et décideurs de l'UE. Ainsi, tous les responsables politiques, dont M. Sinkevičius, ont pu le lire en se rendant à des réunions ou lors de leurs pauses café.

En mai 2022, à l'approche d’un vote crucial au Parlement européen, nous avons à nouveau envoyé des milliers de messages à nos eurodéputé·e·s. Nos partenaires Oceana Europe, Our Fish, Seas at Risk et d’autres encore ont disposé des affichettes sur les portes des eurodéputé·e·s pour leur rappeler notre message.

Et nous avons été entendu·e·s ! Les eurodéputé·e·s ont appelé l’UE à interdire le chalutage de fond. Notre voix a davantage porté que celle de la pêche industrielle, mais il s'en est fallu de peu ! Le résultat a été rendu public au moment de la rédaction du plan d’action pour les océans par la Commission. Ce document fixe les règles de protection et de restauration de nos océans pour les années à venir. Il y a plus que jamais des raisons d’espérer que l’UE mette fin à cette technique destructive de pêche afin que nos mers redeviennent saines, prospères et résilientes.

Vous pourriez aimer

Tous les articles