Dernières nouvelles

Résultats de notre sondage de janvier

3 mars 2020

Dans son livre « Hope in the Dark » (« L’espoir au milieu de l’ombre »), Rebecca Solnit écrit que c’est dans l’incertitude qu’on peut trouver un immense espoir [1]. Après 2,5 millions de décès liés au Covid partout dans le monde et autant d'histoires de tristesse humaine; creuser au plus profond de soi et y trouver de l'espoir dans ce contexte d'incertitude n’est pas chose aisée [2].

Alors comment retrouver l’espoir ? Cette crise peut-elle avoir des effets positifs ?

La réponse est oui.

Nul ne peut prédire aujourd’hui les impacts du Covid-19 sur le long terme. En revanche, nous pouvons dès maintenant identifier les opportunités pour que les choses évoluent dans le bon sens. En d'autres termes, nous pouvons mener un grand nombre d’actions afin d’apporter des changements positifs dans ce contexte de crise.

Et en tant que communauté portée par près d’un million de personnes qui se sentent chez elles en Europe, nous sommes bien placés pour porter ce changement.

En janvier dernier, je vous ai interrogé·e·s sur les causes à défendre.. De nombreux membres de la communauté WeMove Europe ont répondu à cette question et à d'autres dans le sondage que j'ai envoyé.

Résultats du sondage lancé auprès de la communauté WeMove en janvier 2021

Voici les principaux éléments à retenir et que je souhaitais partager avec vous :

Ce qui importe le plus à notre communauté est de s'assurer que les 750 milliards d'euros de financement de l’UE pour la relance post-Covid permettent de protéger durablement notre planète : cette période est sans doute la plus propice à la transformation de l’Europe, et nous allons saisir cette opportunité. Pour cela, nous allons nous assurer que nos gouvernements élaborent des plans ambitieux au profit des citoyen·ne·s et des générations futures et qu’ils ne financent plus les industries fossiles.

Mais ce n'est pas tout. Les personnes de notre communauté se soucient des autres, en particulier des migrant·e·s et des réfugié·e·s. Nous continuerons à défendre une Europe plus accueillante et plus humaine, qui nous rend réellement fier·e·s. Notre prochaine étape sera de faire pression afin que Frontex, l’Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes, rende des comptes aux citoyen·ne·s et à nos dirigeant·e·s. Frontex et son directeur, M. Leggeri, font actuellement l'objet d'une enquête du Parlement européen [3]. Verrons-nous une évolution du traitement réservé aux migrant·e·s cette année ?

Empêcher l’évasion fiscale des entreprises est arrivé en tête des réponses un peu partout. De nombreuses multinationales, en particulier les géants du numérique, ont enregistré une croissance et des profits sans précédent lors de la crise du Covid. Cette année, l'UE abordera la possibilité de rendre publiques les informations relatives aux impôts payés par les multinationales telles que Google, Facebook et Amazon dans tous les pays. Nous avons un rôle à jouer.

La question de la Politique agricole commune a également été plébiscitée partout, notamment en Allemagne, en France et en Italie. Il nous reste une chance cette année de convaincre les institutions européennes de ne plus subventionner les grandes exploitations agricoles, les engrais et les pesticides, et de produire autrement des aliments sains, équitables et durables.

Voici quelques exemples des grands changements possibles auxquels nous souhaitons contribuer cette année.

En réponse à l'obscurité et à la confusion ambiantes, je retrouve l'espoir de changer les choses en observant le pouvoir de cette communauté lorsqu’elle parle d'une seule voix pour défendre une même cause, et ce malgré des situations, des pays et des langues différentes.

Nous sommes maintenant appelé·e·s à faire tout notre possible pour utiliser cette crise afin d'améliorer les choses. Ce n’est pas le moment de lâcher. Ce moment est fait pour nous.

Laura (Bruxelles), Alex (Marseille), Cécile (Barcelone) et toute l'équipe de WeMove Europe

Références:
[1] http://rebeccasolnit.net/essay/hope-is-a%E2%80%8Bn-embrace-of-the-unknown%E2%80%8B-rebecca-solnit-on-living-in-dark-times/ (en anglais)
[2] https://www.who.int/fr/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019
[3] https://www.euronews.com/2021/02/24/meps-to-personally-investigate-frontex-amid-pushback-allegations (en anglais)

 

L'avant et l'après 2020

5 January 2021

Dans toute crise, il y a systématiquement un « avant » et un « après ». Difficile de penser l’année 2020 autrement. Nous savons qu’il y a eu un « avant » la crise du coronavirus, il nous reste maintenant à construire l’après. Avant la Covid, nous avions des projets de campagnes pour notre communauté. Nous avions tout planifié. Nous avions des rêves aussi, mais nous pensions qu’il nous faudrait encore des années avant qu’ils ne soient à notre portée. Nous savions que pour toutes les bonnes idées, il fallait trouver le bon moment pour les lancer. Et, de manière surprenante, c’était en 2020 : une fois la COVID arrivée, nous avons dû mettre en place des solutions radicales et rapides pour faire face à une pandémie mondiale.

Alors que nous nous préparons pour une nouvelle année ensemble, regardez tout ce que nous avons fait en 2020 ICI


L'Europe a besoin d'un plan de relance vert et juste

27 juillet 2020

Alors que la crise du coronavirus détruit nos vies et nos moyens de subsistance, l'UE a, pour la première fois de son histoire, agi de manière unie en contractant un énorme prêt pour aider les personnes les plus touchées par le virus. Beaucoup pensaient que c'était impossible, mais notre communauté s'est battue avec acharnement pour exiger ce qui était nécessaire dès que la crise a frappé.

Des sommes d'argent considérables seront bientôt transférées, de sorte que nos économies pourraient s’adapter à un nouveau modèle. D'un modèle qui défend l'inégalité des soins de santé, la pollution de l'air, la destruction de la nature et de notre climat, à un modèle vert et équitable.

Malheureusement, l'accord conclu par nos dirigeants ne soutient pas une reprise véritablement verte. Le combat n'est pas terminé, mais nous n'avons que quelques mois pour renverser la situation. Nous nous battrons pour que les gouvernements reçoivent l'argent nécessaire pour rendre leurs investissements écologiques et sociaux. Nous ferons pression sur les dirigeants européens pour qu'ils n'approuvent que les plans de transformation et qu'ils repoussent les mesures qui nécessiteront de l'austérité. Nous demanderons que les prêts soient remboursés par les impôts des grandes entreprises, qui paient aujourd'hui souvent moins d'impôts que les citoyens et citoyennes.

Lisez notre rapport complet sur le plan de relance de l'Europe ICI !


 

Un avant et un après 2020

Bonnes nouvelles sur les brevets !

28 mai 2020

Il est désormais interdit de détenir des brevets sur des plantes et des animaux sélectionnés de manière conventionnelle. Un succès dont nous pouvons être fiers !

C’est officiel, nous avons gagné ! Les plantes et les animaux sélectionnés de manière conventionnelle (non-OGM) ne peuvent être brevetés [1]. Tout ça semble être une évidence et pourtant, des entreprises comme Bayer (de Bayer-Monsanto), Syngenta et Carlsberg ont tout fait pour l’éviter. Sans les brevets, elles ne peuvent contrôler et tirer profit des informations biologiques contenus dans ces êtres vivants !

C'est une victoire que nous avons pu remporter qu'ensemble ! Nous sommes ravis de vous faire découvrir quelques uns des moments forts de cette histoire : jetez un coup d'œil ICI !


Stop aux menaces que font peser sur nous les spéculateurs :

Les banques n’ont jamais remboursé les 4,5 trillions d’euros que nous avons payés pour elles en conséquence de la crise financière de 2010 en Europe. Quelle ironie ! Ce sont les citoyens qui ont dû sauver les banques et les spéculateurs responsables du désastre qui a frappé nos économies et nos systèmes sociaux. 

Dix ministres des Finances de grands pays européens vont bientôt se rencontrer pour discuter d’un accord visant à mettre un frein aux effets néfastes de la spéculation à l’aide d’une taxe sur les opérations financières risquées. Cela permettrait de récolter des recettes pour les dépenses publiques, tout en décourageant le type de spéculation qui a entraîné la crise économique. Rejoignez plus de 290 000 personnes dans leur lutte contre les menaces de spéculateurs qui pèsent sur nous !

 

Stop aux menaces que font peser sur nous les spéculateurs :

Les banques n’ont jamais remboursé les 4,5 trillions d’euros que nous avons payés pour elles en conséquence de la crise financière de 2010 en Europe. Quelle ironie ! Ce sont les citoyens qui ont dû sauver les banques et les spéculateurs responsables du désastre qui a frappé nos économies et nos systèmes sociaux. 

Dix ministres des Finances de grands pays européens vont bientôt se rencontrer pour discuter d’un accord visant à mettre un frein aux effets néfastes de la spéculation à l’aide d’une taxe sur les opérations financières risquées. Cela permettrait de récolter des recettes pour les dépenses publiques, tout en décourageant le type de spéculation qui a entraîné la crise économique. Rejoignez plus de 290 000 personnes dans leur lutte contre les menaces de spéculateurs qui pèsent sur nous !

 

La lutte citoyenne contre l'évasion fiscale :

À l’aide de pratiques fiscales agressives permises par la législation, les multinationales se soustraient au paiement de l’impôt, avec un manque à gagner se chiffrant à plusieurs milliards d’euros. Nous voulons que ces entreprises payent leur juste part pour le bien commun. La Commission européenne a récemment proposé de contrecarrer les principales stratégies utilisées par les entreprises pour échapper à l’impôt.

Les pays ayant aidé ces enterprises à faire de l'évasion fiscale, comme l'Ireland, les Pays-Bas ou le Luxembourg pourraient bloquer cette proposition, à moins que de gros Etats tels que la France et l'Allemagne se battent pour cette proposition. Un énorme appel citoyen de plus de 100 000 voix d'européens s'est formé dans cette optique afin que nos ministres sachent ce que nous souhaitons : voulez-vous faire parti de ce mouveemnt ? Ajoutez votre nom !

 

Democratie à vendre Awards

Les lobbyistes à la solde des multinationales sont des créatures sournoises qui s’épanouissent dans l’ombre, et beaucoup d’entre eux ont fait des salles de négociations du TAFTA leur terrain de chasse. Avec nos partenaires, nous avons décidé de les montrer au grand jour en rigolant un peu ! Plus de 45 000 personnes venues de 32 pays ont voté pour élire le lobby qui réussit le mieux à acheter notre démocratie dans les négociations des accords commerciaux.

Au cours d’une cérémonie de remise de prix pleine de paillettes, nous avons présenté le grand vainqueur, qui a gagné haut la main : le lobby des pesticides. Tapis rouge, champagne, paillettes, caméras : rien ne manquait ! Sauf peut-être les gagnants. Leur réponse ne s’est pas fait attendre : ils ont rapidement répondu par une déclaration dans le média Politico pour déclarer que l’un de nos partenaires avait reçu des dons de leur part… ce qui est faux.

Jetez un oeil à notre action grâce à cette vidéo d'1,5 minutes !

 

CETA : la victoire pas à pas

2016-10-Austria-CETA-advert.jpg

CETA, l'accord commercial ayant été négocié entre le Canada e l'UE, est une menace pour notre démocratie. Ce traité dangereux institue des tribunaux spéciaux pour les investisseurs afin que ces derniers puissent attaquer unilatéralement les Etats lorsque se sentant lesés.Nous sommes plus de 350 000 chez WeMove et chez nos partenaires à avoir signé la pétition en cinq jours seulement ! Le matin de la réunion de la Commission, nous lui avons fait connaître le nombre total des gens qui exigent que le CETA ne piétine pas leurs droits démocratiques. Et notre pression a marché ! C’est grâce à nous tous : les parlements nationaux devront ratifier le CETA pour qu'il soit mis en oeuvre !

En Automne, nous avons lancé un large appel à la participation des citoyens sous forme d'une lettre ouverte destinée au Chancelier Autrichien, afin que celui-ci s'oppose au CETA. Cette lettre fut publiée dans l'un des journaux le plus important du pays. Nous avons également lancé une action visant à supporter la Wallonie dans leur opposition au CETA. A cet effet, nous avons collecté, en peu de temps, presque 100 000 signatures.

Et, bien que l'accord ait été signé, nous avons tout de même réussi, ensemble, à alerter les consciences collectives des sociétés de l'UE contre le danger que représente le mécanisme de règlement des différents investisseurs Etats. Nous vous tiendrons au courant des avancées de la lutte contre CETA !